More business listings for Google Maps

Friday, March 6, 2015 | 3:13 PM

Google Maps continues to help you explore the world. Whether you're in an unfamiliar town or uncovering new local favorites, Google Maps helps you find top places to eat, shop, play and more.

It’s with this in mind that we’ve been working to make information on Google Maps about businesses in Africa more comprehensive and accurate. We’ve done a project which we called ‘Footprint’ - an effort to verify and improve existing business information, correct inaccurate listings, and create listings for new businesses.

Over the last two years we’ve added >200,000 business listings to Google Maps in Lagos (Nigeria) & Nairobi, Mombasa, Malindi, Kisumu and Eldoret (Kenya). The business listings can now be found on Google Maps, Search and Google+. This should mean that you can more easily find businesses you’re looking for, and that businesses find it easier to have a presence on the web.

We work with local partners in each country to assemble a team that walks along public streets and other publicly accessible areas such as shopping malls. These walkers each carry a phone, which they use to collect information about businesses. The walkers approach the business owner or manager and ask their permission to collect the relevant information.

The information we collect includes name, address, phone number and working hours of a business, as well as its precise location. Also, we take photos of the storefront and the inside of the business. This information is then updated on Google Maps within a few days.

Fashion designer stores in Lagos Island

The Footprint project is currently rolling out in South Africa. Our local partner, Direct Channel Holdings, will collect the business information. It’ll be happening in Johannesburg from March to July 2015 and in Cape Town and Bloemfontein in April and May 2015.

If you’re a business owner, please note that the contracted personnel will carry Google verified documentation authorizing them to carry out this activity. You may be able to go a step further and claim your listing through our Google My Business portal. Through Google My Business, you can:
  • Update your business information
  • Add beautiful photos of your business and a virtual tour of your business interior to help customers see what makes your business unique
  • Connect directly with your fans and customers by sharing news, events and other important updates from your Google+ page
  • Stay on top of reviews from across the web, and respond to Google reviews
  • Understand how people find and interact with your business using custom insights 
  • Manage your information on-the-go with the Google My Business Android app and the iOS app


Posted by Jacqueline Rajuai, Program Manager


 ====


Plus de données sur les entreprises dans Google Maps

Google Maps continue de vous aider à explorer le monde. Vous êtes dans une ville inconnue ou vous avez envie de découvrir les derniers lieux tendance ? Google Maps vous aide à trouver les meilleurs endroits pour manger, faire du shopping, vous divertir et bien plus encore.

C'est dans cet esprit que nous travaillons actuellement à enrichir et mettre à jour sur Google Maps les informations disponibles sur les entreprises et les commerces en Afrique. Nous avons lancé une initiative baptisée "Footprint" dans le but de vérifier et d'améliorer les informations disponibles sur les entreprises, et de corriger les fiches d’entreprise erronées et d'en ajouter de nouvelles.

Au cours des deux dernières années, nous avons ajouté plus de 200.000 fiches d'entreprise sur Google Maps à Lagos (Nigeria) & Nairobi, Mombasa, Malindi, Kisumu et Eldoret (Kenya). Ces fiches sont désormais disponibles sur Google Maps, Search et Google+. Ainsi, vous pourrez trouver plus facilement les entreprises et commerces qui vous intéressent, lesquels pourront être plus facilement présents sur Internet.

Avec l'aide de partenaires locaux dans chaque pays, nous constituons des équipes chargées de sillonner les rues de la ville et autres espaces publics accessibles tels que les centres commerciaux. Equipées d'un téléphone, elles collectent des informations sur les entreprises, prennent contact avec les entrepreneurs et les gérants et leur demandent l'autorisation de collecter des informations pertinentes sur leur entreprise : nom, adresse, numéro de téléphone, heures d'ouverture, emplacement exact, etc. Elles sont aussi chargées de prendre photos des devantures et des espaces intérieurs. Toutes ces informations sont alors ajoutées à Google Maps dans les jours qui suivent.

Cette initiative est actuellement lancée en Afrique du Sud. Notre partenaire local, Direct Channel Holdings, se chargera de la collecte des informations. L'opération se déroulera à Johannesbourg de mars à juillet 2015 et au Cap et à Bloemfontein d'avril à mai 2015.

Si vous êtes entrepreneur, sachez que le personnel engagé pour mener cette opération pourra vous présenter un document accréditant sa participation à l'initiative. Vous pouvez même aller plus loin et demander à accéder à la fiche de votre entreprise sur le portail Google My Business. Depuis le portail Google My Business, vous pourrez :
  • Mettre à jour les données relatives à votre entreprise
  • Ajouter des photos de votre entreprise et une vidéo de visite virtuelle de vos locaux pour mettre en valeur votre entreprise.
  • Vous mettre en relation directe avec vos fans et vos clients en partageant des infos d'actualités, des événements et les nouveautés de votre page Google+
  • Rester à la une des commentaires sur Internet et répondre aux commentaires Google
  • Comprendre comment les utilisateurs font pour trouver votre entreprise et entrer en contact avec elle, grâce à la fonction Insights.. 
  • Gérer vos données où que vous soyez sur l'appli Android Google My Business Android et l'appli iOS. 
Publié par Jacqueline Rajuai, Program Manager

Google Science Fair 2015: what will you try?

Friday, February 20, 2015 | 11:59 AM

The 2015 Google Science Fair has now started! To learn more about entry details, prizes follow along on Google+.

Science is about observing and experimenting. It’s about exploring unanswered questions, solving problems through curiosity, learning as you go and always trying again.

That’s the spirit behind the fifth annual Google Science Fair, kicking off today. Together with LEGO Education, National Geographic, Scientific American and Virgin Galactic, we’re calling on all young researchers, explorers, builders, technologists and inventors to try something ambitious. Something imaginative, or maybe even unimaginable. Something that might just change the world around us. 




From now through May 18, students around the world ages 13-18 can submit projects online across all scientific fields, from biology to computer science to anthropology and everything in between. Prizes include $100,000 in scholarships and classroom grants from Scientific American and Google, a National Geographic Expedition to the Galapagos, an opportunity to visit LEGO designers at their Denmark headquarters, and the chance to tour Virgin Galactic’s new spaceship at their Mojave Air and Spaceport. This year we’re also introducing an award to recognize an Inspiring Educator, as well as a Community Impact Award honoring a project that addresses an environmental or health challenge.

It’s only through trying something that we can get somewhere. Flashlights required batteries, then Ann Makosinski tried the heat of her hand. His grandfather would wander out of bed at night, until Kenneth Shinozuka tried a wearable sensor. The power supply was constantly unstable in her Indian village, so Harine Ravichandran tried to build a different kind of regulator. Previous Science Fair winners have blown us away with their ideas. Now it’s your turn.

Big ideas that have the potential to make a big impact often start from something small. Something that makes you curious. Something you love, you’re good at, and want to try.

So...what will you try?

Posted by Miriam Schneider, Google for Education Team

 ====


Google Science Fair 2015 - À vous de jouer !

La science repose sur l’observation et l’expérimentation. Faire avancer la science, c’est explorer des questions jusqu’ici sans réponses, apprendre sur le tas et mettre à profit notre curiosité pour tenter de résoudre des problèmes.

C’est dans cet état d’esprit que nous lançons aujourd’hui la cinquième édition annuelle du concours Google Science Fair. En partenariat avec LEGO Education, National Geographic, Scientific American et Virgin Galactic, nous mettons au défi de jeunes chercheurs, explorateurs, bâtisseurs, technophiles et inventeurs en tout genre pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes et nous proposent un projet ambitieux, innovant, ou tout bonnement inimaginable. Un projet qui pourrait bien changer notre monde.

À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 18 mai, des étudiants du monde entier âgés de 13 à 18 ans vont pouvoir soumettre leurs projets en ligne dans des domaines scientifiques variés tels que la biologie, l’informatique ou encore l’anthropologie. Parmi les prix qui viendront récompenser les lauréats, Scientific American et Google décerneront 100 000 USD en bourses d’études et en subventions pour les classes, National Geographic proposera une expédition aux Îles Galápagos, l’équipe de conception LEGO organisera une rencontre au siège du Danemark et Virgin Galactic offrira une visite guidée de leur nouvel astronef au port spatial de Mojave, en Californie. Cette année, un nouveau prix viendra distinguer un éducateur qui a su susciter l’inspiration chez ses élèves. Nouveau également, le prix Community Impact récompensera un projet axé sur un enjeu environnemental ou sanitaire.

C’est en expérimentant que l’on fait avancer les choses. Les réveils sont pour beaucoup d’entre nous difficiles, Guillaume Rolland, finaliste français du Google Science Fair 2014, a imaginé un reveil olfactif pour rendre ce moment plus agréable. Les lampes de poche ne fonctionnaient qu’avec des piles, jusqu’à ce qu’Ann Makosinski ait l’idée d’exploiter la chaleur de sa main. Atteint de la maladie d’Alzheimer, le grand-père de Kenneth Shinozuka faisait parfois des fugues en pleine nuit, jusqu’à ce que son petit-fils crée un capteur portable capable d’alerter sa famille. Harine Ravichandran, elle, a conçu une nouvelle génération de régulateurs pour mettre fin aux pannes électriques dans son village d’Inde. La créativité des anciens lauréats de Google Science Fair a dépassé tout ce que nous avions pu imaginer. Aujourd’hui, à vous de prendre le relais.

Bien souvent, les idées les plus prometteuses naissent d’un petit quelque chose qui a éveillé votre curiosité. Une passion, un talent, une envie.

Alors… À vous de jouer !

Posté par Miriam Schneider, Google for Education Team

Celebrating Safer Internet Day across the continent

Monday, February 16, 2015 | 8:32 PM

At Google, the safety of our users is a top priority. Whether it’s creating easy-to-use tools to help you manage your information online or fighting the bad guys behind the scenes, we’re constantly investing to make Google the best service you can rely on, with security and privacy features that work for you. This is why Safer Internet Day is important to us.

Since 2004, Safer Internet Day (SID) has highlighted key challenges facing online safety and how they can be addressed.

This year we did something different. Google Africa marked SID with more than 600 kids ages 14 to 17 in day-long workshops in South Africa, Kenya, Nigeria, and Senegal. In these workshops kids discussed and formulated their own ideas on how to make the internet a safer space.


Live Google Hangout between Nigeria, South Africa and Senegal

We also reached out to young Internet users to share how to be safe on the Internet. To do this we partnered with more than 20 key organisations across the continent such as: The Film and Publications board in South Africa lead the workshops for the day. Nigerian Film and Video Censors board in Nigeria, Ministry of ICT in Kenya and Ministry of Post and Telecommunications in Senegal. At the end of the day all the children presented to each other via Google Hangouts.

Share your ideas on how the internet can be safer using #SID2015 and follow the conversation.

Posted by Fortune Mgwili-Sibanda, Public Policy and Government Relations Manager, South Africa.



 ====


Le Safer Internet Day célébré sur tout le continent

Chez Google, la sécurité de nos utilisateurs est la première des priorités. Que ce soit en créant des outils faciles à utiliser pour vous aider à gérer vos informations en ligne ou à traquer les « mauvais garçons » qui œuvrent en coulisses, nous sommes en permanence sur la ligne de front pour que Google vous offre le meilleur service, sur lequel vous pouvez vous reposer, avec des options de sécurité et de confidentialité qui vous protègent. C'est pourquoi le Safer Internet Day (SID - Journée de d'lnternet sûr) revêt pour nous une importance particulière.

Depuis 2004, le SID a mis en lumière les principaux défis concernant la sécurité en ligne et les moyens d'y faire face.

Cette année, nous avons opté pour une autre démarche. Google Africa a choisi de marquer cette journée en réunissant plus de 600 jeunes de 14 à 17 ans dans des ateliers d'une journée qui se sont déroulés en Afrique du Sud, au Kenya, au Nigeria et au Sénégal. Dans ces ateliers, les jeunes ont discuté et formulé leurs idées sur les moyens de rendre Internet plus sûr.

Nous avons également ciblé les jeunes internautes pour qu'ils apprennent à naviguer en toute sécurité sur Internet. Pour ce faire, nous avons établi un partenariat avec plus de 20 organismes clés à travers le continent, tels que : le conseil d'administration Film et Publication en Afrique du Sud pour diriger les ateliers de la journée ; le Comité nigérian de la censure des films et de la vidéo au Nigeria ; le ministère de nouvelles technologies au Kenya ; le ministère des postes et télécommunications au Sénégal. À la fin de la journée, les jeunes ont fait connaissance via Google Hangouts.

Partagez vos idées sur les moyens de rendre Internet encore plus sûr via #SID2015 et suivez la conversation.

Publié par Fortune Mgwili-Sibanda, responsable Stratégie et Relations gouvernementales, Google Afrique du Sud.

Hallo, hola, olá to the new, more powerful Google Translate app

Wednesday, January 14, 2015 | 1:32 PM

Often the hardest part of traveling is navigating the local language. If you've ever asked for "pain" in Paris and gotten funny looks, confused "embarazada" with "embarrassed" in Mexico, or stumbled over pronunciation pretty much anywhere, you know the feeling. Now Google Translate can be your guide in new ways. We’ve updated the Translate app on Android and iOS to transform your mobile device into an even more powerful translation tool.

Instant translation with Word Lens
The Translate app already lets you use camera mode to snap a photo of text and get a translation for it in 36 languages. Now, we’re taking it to the next level and letting you instantly translate text using your camera—so it’s way easier to navigate street signs in the Italian countryside or decide what to order off a Barcelona menu. While using the Translate app, just point your camera at a sign or text and you’ll see the translated text overlaid on your screen—even if you don't have an Internet or data connection.

This instant translation currently works for translation from English to and from French, German, Italian, Portuguese, Russian and Spanish, and we’re working to expand to more languages.


Have an easier conversation using the Translate app
When talking with someone in an unfamiliar language, conversations can... get... realllllllly... sloowwww. While we’ve had real-time conversation mode on Android since 2013, our new update makes the conversation flow faster and more naturally.

Starting today, simply tap the mic to start speaking in a selected language, then tap the mic again, and the Google Translate app will automatically recognize which of the two languages are being spoken, letting you have a more fluid conversation. For the rest of the conversation, you won’t need to tap the mic again—it'll be ready as you need it. Asking for directions to the Rive Gauche, ordering bacalhau in Lisbon, or chatting with your grandmother in her native Spanish just got a lot faster. 



These updates will be coming to both Android and iOS, rolling out over the next few days. This is the first time some of these advanced features, like camera translations and conversation mode, will be available for iOS users.

More than 500 million people use Google Translate every month, making more than 1 billion translations a day to more easily communicate and access information across languages. Today’s updates take us one step closer to turning your phone into a universal translator and to a world where language is no longer a barrier to discovering information or connecting with each other.

Posted by Barak Turovsky, Product Lead, Google Translate


 ====


Hallo, Hello, hola, olá à la nouvelle application Google Traduction

Quel voyageur ne s’est jamais heurté à la barrière de la langue ? Si vous avez déjà confondu “embarazzada” avec “embarassé” au Mexique, ou parlé de “pain” plutôt que de “bread” en Angleterre, vous avez comme nous rencontré ce problème. A partir d’aujourd’hui, Google Traduction peut vous proposer de nouvelles façons de vous aider. Nous avons mis à jour l’application sur Android et iOS afin de transformer votre téléphone mobile en un outil de traduction encore plus puissant.

Traduction instantanée avec Word Lens
L’application Traduction vous permet déjà d’utiliser le mode “appareil photo” pour photographier un texte et en obtenir la traduction dans 36 langues. Aujourd’hui, nous faisons un pas de plus dans cette direction en vous proposant de traduire instantanément un texte avec votre appareil photo, afin de vous éviter les longues hésitations au coin des rues de Barcelone ou devant des menus en Italien. Lorsque vous utilisez l’application Traductions, pointez tout simplement votre appareil vers un panneau ou un texte, et vous verrez sa traduction s’afficher sur votre écran -- même quand votre téléphone portable n’est pas connecté à Internet.

Cette traduction instantanée fonctionne à ce jour pour des traductions entre le français, l’anglais, l’allemand, l’italien, le portugais, le russe et l’espagnol ; et nous travaillons à l’étendre à d’autres langues.

Des conversations simplifiées grâce à l’application Traduction
Lorsque vous échangez avec quelqu’un dans une langue qui ne vous est pas familière, les conversations peuvent… devenir… trèèèèèès… leeeeeeeeeeentes. Nous vous proposons un mode “conversation” sur Android depuis 2013, mais l’améliorons aujourd’hui afin de rendre l’échange plus rapide et plus naturel.

A partir d’aujourd’hui, il vous suffit de toucher l’icone “micro”, de commencer à parler dans l’une des deux langues sélectionnées, et de taper à nouveau sur l’icone : l’application Google Traduction reconnaîtra automatiquement celle des deux langues que vous avez utilisée et fluidifiera ainsi votre échange. Pour le reste de votre conversation, vous n’aurez plus besoin de toucher l’icone “micro” : elle s’activera lorsque vous en aurez besoin. Vous voilà en mesure de demander votre chemin vers Shoreditch ou de discuter avec l’étudiant norvégien rencontré en auberge de jeunesse en toute fluidité.

Ces mises à jour seront rendues disponibles pour les utilisateurs d’Android et d’iOS au cours des jours à venir. Ce sera la première fois que certaines de ces fonctionnalités avancées, telles que le mode conversation ou la traduction photographique seront disponibles pour les utilisateurs d’iOS.

Plus de 500 millions d’individus utilisent Google Traduction chaque mois, et font plus d’un milliard de traductions chaque jour afin de mieux communiquer et d’accéder plus simplement à l’information dans des langues différentes. Les améliorations d’aujourd’hui sont un pas de plus vers la transformation de votre téléphone en traducteur universel, et vers un monde où la langue n’est plus une barrière pour la découverte de l’autre et de sa culture.

Posté par Bark Turovsky, Product Lead, Google Translate

A new wave of mobile-friendly sites

Friday, December 12, 2014 | 12:02 PM

Have you ever visited a website using Google Search on your mobile phone, only to find that the text was too small, the links were tiny, and the content could not be viewed without scrolling sideways? This usually happens when the website has not been optimized to be viewed on a mobile phone and can be a frustrating experience.



Surfing the web on your mobile phone should be enjoyable and effortless, which is why we’re now helping you find out in advance which websites offer a good experience on mobile devices. Look for the mobile-friendly label in our mobile search results like this:


We hope this helps everyone to have a better mobile web experience. You can hop on for the ride too! If you notice that your favorite websites don’t have the mobile-friendly label, reach out to the site owners or webmasters and let them know about your mobile experience on their sites. And if you want to make mobile-friendly websites, visit our Guide for mobile websites.

Let’s ditch the pinching, scrolling and aimless tapping, and welcome the new wave of mobile-friendly sites.

Posted by Javier Perez, Google Search Quality Team and Doantam Phan, Google Mobile Search


 ====


Aider les internautes mobiles à trouver des pages adaptées à leur appareil

En tant que mobinaute, vous est-il déjà arrivé de cliquer sur une page des résultats de recherche Google et d'être redirigé vers une page où le texte était trop petit, et les liens minuscules ? Et de devoir faire défiler la page horizontalement et zoomer pour voir l'intégralité du contenu ? En général, cela se produit lorsque le site Web n'a pas été optimisé pour s'afficher sur un téléphone mobile.

Une telle expérience peut être frustrante pour nos utilisateurs mobiles. À partir d'aujourd'hui, nous allons ajouter un libellé "Site mobile" à nos résultats de recherche pour mobiles afin de permettre aux mobinautes de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent.

Nous déploierons cette nouvelle fonctionnalité mondialement au cours des prochaines semaines. Pour que le libellé "Site mobile" puisse être appliqué à une page, les éléments suivants doivent y être détectés lors de l'exploration par Googlebot :
  • Absence de logiciels peu utilisés sur les appareils mobiles, comme Flash.
  • Texte lisible sans zoomer.
  • Contenu adapté à la taille de l'écran, de sorte que les internautes n'ont pas besoin de faire défiler la page horizontalement ni de zoomer.
  • Liens suffisamment éloignés les uns des autres pour pouvoir cliquer dessus facilement.
Pour vous assurer que votre page respecte nos critères de sites mobiles, nous vous invitons à consulter les nombreuses ressources suivantes (actuellement disponibles uniquement en langue anglaise, mais très prochainement traduites en français) :
Ces libellés constituent pour nous un premier pas vers une meilleure expérience Web pour les internautes mobiles. Par ailleurs, en ce moment, nous faisons également des tests pour déterminer si l'utilisation des critères d'ergonomie mobile en tant qu'indicateur de classement est pertinente pour nos utilisateurs.

Si vous avez des questions à propos de la création de sites mobile-friendly, n'hésitez pas à visiter la catégorie mobile sur le forum Google d'aide aux Webmasters.
Nous espérons que de nombreux sites mobiles verront le jour à l'avenir, et que nous pourrons améliorer le Web pour tous !

Publié par Ryoichi Imaizumi et Doantam Phan, Google Mobile Search

Google Ad Grants Impact In South Africa

Wednesday, December 10, 2014 | 9:41 AM

Google Ad Grants supports nonprofit organisations in South Africa through $10,000 per month in in-kind AdWords advertising, to promote their missions and initiatives on Google.com. The program launched in South Africa in August 2013 and is currently available in 38 countries around the world.

Recently the organisation Travel to Impact spoke with the Ad Grants team about how the programme has impacted their organisation. Learn how the they used Ad Grants to promote their website and drive online registrations in new universities. You can also read other success stories on the Ad Grants website here.



If your organisation is interested in leveraging this free programme, you can find more details on eligibility here: www.google.co.za/intl/en/grants/eligibility.htm. If your organisation meets the eligibility guidelines we encourage you to apply to join the programme today!

Posted by Janelle Kuhlman, Google Ad Grants Team


 ====


Ce qu'apporte Google Ad Grants en Afrique du Sud

Google Ad Grants soutient les organisations Sud-Africaines à but non lucratif en leur offrant chaque mois l'équivalent de 10 000 $ en annonces AdWords afin de promouvoir leur mission et leur action sur Google.com. Le programme lancé en août 2013 en Afrique du Sud est actuellement disponible dans 38 pays dans le monde.

L'organisation Travel to Impact a récemment expliqué à l'équipe Ad Grants l'impact que ce programme avait eu sur leur organisation. Découvrez comment ils ont utilisé Ad Grants pour promouvoir leur site et recruter en ligne des étudiants auprès de nouvelles universités. Pour connaître l'histoire d'autres initiatives réussies, rendez-vous sur le site de Ad Grants en cliquant ici.

Si vous souhaitez bénéficier de ce programme gratuit, vous pouvez en savoir plus sur les critères d'éligibilité ici : www.google.co.za/intl/en/grants/eligibility.htm. Si votre organisation répond aux critères d'éligibilité, nous vous invitons à postuler dès aujourd'hui !

Posté par Janelle Kuhlman, Équipe Google Ads

Schools across Africa introduce new approaches to learning with Google for Education

Monday, December 8, 2014 | 3:30 PM

From preschool through university and beyond, schools across Africa are using technology to enhance learning on campus and online. Here are three examples of schools in Nigeria, South Africa and Kenya that have made incredible strides with Google for Education.

The Distance Learning Centre (DLC) of Nigeria’s University of Ibadan was established in 1988 with the aim of providing Off-campus learning options to students whose schedules and locations make it hard for them to study full-time at the main campus.

Today, the DLC uses Google Apps for Education to run a number of its admissions and study systems for over 20,000 teachers and students from different locations. For example, student registrations, course material distributions and assignment submissions processes are easily managed via Gmail, Drive, Docs and Sites. Lectures and other important university events are also being live-streamed via Google Hangouts.

The Center recently adopted Google Classroom with very positive impact on assignment management and interaction.



SPARK Schools, an independent school network in Johannesburg, South Africa, implemented a blended learning model using Google Apps and Chromebooks. This model provides students with self-paced learning, allows teachers to create personalized instruction based on assessment data, and also enables SPARK schools to operate at a much lower cost per pupil.

With the plan to open two new schools next year and continue doubling the number of students it reaches each year, SPARK foresees that Google Apps, including Drive, Docs and Hangouts, will enable staff to participate in discussions and collaborate on joint projects across multiple locations.

Kabarak University, located just outside Nakuru, Kenya, uses Google Apps to help students make their voices heard. Students now use Google Forms to share their comments with administrators about all aspects of university life.

The university also created a Google Site to centralize information like term dates, campus news and sporting events. Some lecturers have created their own Sites to store class resources and lessons. “From community outreach to advanced plans to launch online degrees and e-learning, we’re creating a new online learning culture” says ICT Director Moses Thiga.

Many schools like these are eliminating the barriers to quality education using Google Apps for Education and Chromebooks. In fact, new Chromebooks from Acer are now available in South Africa.

If you’re interested in discovering other schools around the world that have gone Google and learning more about bringing Chromebooks to your school, visit our site.

Posted by Bayo Olotu, Program Manager, Google for Education


 ====


Grâce à Google pour l’Éducation, partout en Afrique, les établissements d'enseignement proposent de nouvelles méthodes pédagogiques

De la maternelle à l’université et au-delà, sur tout le continent africain, les établissements d'enseignement font appel à la technologie pour développer leur offre de formation sur les campus et en ligne. Cet article illustre trois exemples d’établissements d’enseignement basés au Nigeria, en Afrique du Sud et au Kenya qui ont accompli des progrès considérables grâce à Google pour l’Éducation.
Le Distance Learning Centre (DLC) (Centre d’enseignement à distance) de l’University of Ibadan au Nigeria a été créé en 1972 dans le but de proposer des options de formation à distance aux étudiants pour lesquels il était difficile d’étudier à plein temps sur le campus principal, du fait de leur emploi du temps ou leur lieu de résidence.

Aujourd’hui, le DLC utilise Google Apps pour l’Éducation pour gérer les admissions et les cursus d’études pour plus de 30 000 enseignants et étudiants à partir de plusieurs sites. Par exemple, les fonctions comme Gmail, Drive, Docs et Sites permettent de gérer beaucoup plus facilement les inscriptions des étudiants, la distribution du matériel pédagogique et la remise des travaux des étudiants. Les conférences et autres événements universitaires importants sont désormais transmis en direct via Google Hangouts.

Le Centre a récemment adopté Google Classroom. Cette mesure a eu un impact très positif sur la gestion des travaux à remettre par les étudiants et les échanges.

SPARK Schools, un réseau d’établissements indépendants à Johannesburg, en Afrique du Sud, a mis en place un modèle pédagogique associant Google Apps et l'utilisation de Chromebooks. Ce modèle permet aux élèves d’apprendre à leur rythme et aux enseignants de créer des consignes personnalisées en se fondant sur les données d’évaluation. Ce système permet également aux établissements du groupe SPARK d’abaisser considérablement les coûts de fonctionnement par élève.

Avec l’ouverture prévue de deux nouvelles écoles l’année prochaine et le doublement du nombre d’élèves chaque année, le groupe SPARK prévoit que Google Apps, notamment les fonctions Drive, Docs et Hangouts, vont permettre au personnel enseignant de participer à des discussions et de collaborer sur des projets communs entre plusieurs sites.

L’Université de kabarak, située juste à la périphérie de Nakuru, au Kenya, utilise Google Apps pour permettre aux étudiants de faire entendre leur voix. Ces derniers peuvent maintenant utiliser les Formulaires Google pour faire part de leurs commentaires aux administrateurs sur tous les aspects concernant la vie universitaire.

L’université a également créé un Site Google afin de centraliser les informations telles que le calendrier universitaire, l’actualité du campus et les événements sportifs. Certains enseignants ont créé leur propre Site afin d’archiver des ressources et des cours. « De l’établissement de liens communautaires à l’élaboration de plans prévoyant la mise en place de diplômes en ligne en passant par l’apprentissage électronique, nous sommes en train de créer une nouvelle culture en ligne », s’enthousiasme le Directeur ICT, Moses Thiga.

Aujourd’hui, de nombreux autres établissements scolaires sont en train de lever les obstacles à une éducation de qualité grâce à l'exploitation de Google Apps pour l’Éducation et des Chromebooks. Précisons que les nouveaux Chromebooks de la marque Acer sont aujourd’hui disponibles en Afrique du Sud.

Si vous souhaitez découvrir d’autres écoles dans le monde qui ont opté pour Google et en savoir plus sur l’utilisation de Chromebooks dans votre établissement, visitez notre site.

Posté par Bayo Olotu, Program Manager, Google pour l’Éducation